Les productions du Méta

icône.s – Création 2023

Mathilde Panis

« Elle enquête

Elle n’est pas seule, elle tisse le fil de son engouement pour les traces qui traversent les écrans, il s’agit d’une enquête sur le cinéma, sur la réalité aussi, sur la vie du cinéma, sur le cinéma de la vie.

Elle commanderait un texte ou des fragments ou du fil à moudre !  

Elle s’adresse, elle adresse, elle livre, par instantanés, donne du détail, démonte, remonte le fil des mémoires, Ariane en quelque sorte !

Elle se rappelle de cette toute jeune fille qu’elle a connue qui découvrait la voix d’origine du film en VO, elle ne connaissait que la voix française de cette figure du cinéma. Presque désorientée. 

 

Et puis du rythme et que ce soit joyeux. 1h10 tout au plus.

 

« Ce coup de hache qui a brisé la mer gelée en nous » Franz Kafka

 

Le projet s’intéresse aux icônes produites par la culture pop, à la fascination, à l’admiration (même provisoire) que nous pouvons tous ressentir envers une personnalité du cinéma, du monde de la musique, de la politique ou même du sport. Dans la continuité d’une recherche commencée il y a quelques années à l’ENSATT autour d’un texte d’Anne-James Châton, sur des icônes féminines du 20ème siècle américain (Marilyn Monroe, Jacky Kennedy), le travail se réoriente vers une seule et même Figure : celle de Marlon Brando.

 

Pour cette création, il s’agit de mener une enquête sur ce phénomène de galvanisation, sur ces moments de vie qui nous donnent l’impression d’être soudainement « plus vivant que vivant », qui nous foudroient et nous touchent très intimement, sans que l’on puisse se l’expliquer.

 

 

Une proposition 2022 de : Mathilde Panis- comédienne, Daniel Larrieu – regard & oreilles, Emmanuelle Destremau – autrice, dramaturge, Charlotte Arnaud – scénographe » 

 

Mathilde Panis

Mathilde Panis a été formée à l’ENSATT. Elle y travaille, entre autres, avec Alain Françon, Anne-Laure Liégeois, Daniel Larrieu, Armand Gatti, Philippe Delaigue, Christian Schiaretti, Guillaume Lévêque, ou encore Marie-Christine Orry.

À sa sortie d’école, elle est engagée par Pascale Daniel-Lacombe pour la création de #JAHM et la reprise d’À la renverse. Leur collaboration se poursuit avec deux autres spectacles : DDDD et Comme un vent de noces. En parallèle, elle joue au TNP de Villeurbanne dans Ombres de Clara Simpson et travaille sur différentes créations de Lisa Guez, Maryse Estier, ou encore Philippe Delaigue.

Dès 2021, lorsque Pascale Daniel-Lacombe est nommée à la direction du CDN Le Méta (Poitiers), elle devient l’une des « Artistes du vivier » associé au CDN.

Elle participe aussi à plusieurs lectures publiques, enregistre régulièrement des fictions pour France Culture ou France Inter.

Elle tourne au cinéma sous la direction d’Eugène Green, Frédéric Fonteyne, Safy Nebbou, Gabrielle Stemmer ou encore Steve Achiepo. En 2019, elle fait partie de la promotion d’Emergence-Cinéma.

En 2020, elle reçoit le Prix d’interprétation du Festival de Trouville pour le film Haut les pulls, de Steve Achiepo.

 

Daniel Larrieu

Daniel Larrieu est une des personnalités de la danse contemporaine française des années 80. Né à Marseille, fréquentant la St Baume adolescent, danseur, puis chorégraphe, directeur du centre chorégraphique national de Tours de 1994 à 2002, metteur en scène, chanteur, acteur, Daniel Larrieu développe depuis plus de 40 ans un travail de création, riche et multiple, au sein de la compagnie Astrakan / Collection Daniel Larrieu.

Chiquenaudes révèle l’originalité de son langage chorégraphique et remporte le deuxième prix au Concours de Bagnolet en 1982. Passant des Jardins du Palais-Royal où il répète, à la piscine d’Angers où il crée Waterproof, il traverse l’aventure de la danse, curieux des lieux, des rencontres et des expériences atypiques. Tout au long de son parcours des œuvres remarquées et d’envergure verront le jour : Romance en StucBâtisseursGravuresCodaJungle sur la Planète VénusAttentat PoétiqueDeltaOn était si tranquilleN’oublie pas ce que tu devinesNever MindLittéral…
Il multipliera les expériences artistiques, oeuvres in situ, réponse à des commandes, voyage au Groenland d’où il reviendra avec un film installation ICE DREAM, du récital de chansons inadmissibles avec JÉRÔME MARIN à l’incarnation des figures interlopes de Notre-Dame-des-Fleurs de JEAN GENET mise en scène de Gloria Paris, Divine.

Il devient Maitre de danse en 2019 dans le film d’Arnaud Des Pallières Degas et moi pour la 3e scène. Il a été invité à la maison des Métallos en juillet 2021 sur le thème « On prend de la graine » pour laquelle il réalise la végétalisation de l’entrée du lieu.

Avec Mathilde Panis qu’il a rencontré pour la création de NUITS à l’ENSATT en 2015, ils ont joué ensemble dans CORPS ÉTRANGERS de Stéphanie Marchais, mise en scène de Titouan Huitric. Mathilde a collaboré à la lecture d’extraits du livre UN DERNIER JARDIN de DERECK JARMAN et de JEAN GIONO, ainsi qu’un projet de court métrage tourné en Haute-Savoie STEP AWAY en 2021. Ils partagent également le projet de FIN (FAIM) de l’auteur et metteur en scène Théophile DUBUS.

 

Emmanuelle Destremau

Emmanuelle Destremau est actrice, réalisatrice, auteure, compositrice et chanteuse. Elle réalise 8 documentaires de création rencontrant les populations de Gaza, New York et Paris avant de créer le groupe RUPPERT PUPKIN. Naviguant entre les plateaux de cinéma et de théâtre, elle collabore à de nombreuses BO de films et de spectacles. Auteure d’une quinzaine de pièces de théâtre dont 6 sont éditées au Bruit des Autres et chez Lansman, elle est également co-scénariste de Héros de Bruno Merle, film d’ouverture de la semaine de la critique, Cannes en 2007 et collabore à l’adaptation au cinéma de sa pièce Les Violette par Benoit Cohen en 2009.En 2018, elle compose pour le film Je ne suis pas un homme facile de Eléonore Pourriat diffusé sur Netflix. On la retrouve en 2020 dans Felicita de Bruno Merle, interprétant un morceau composé pour le film avec le musicien Pygmy Johnson.

 

Charlotte Arnaud

Charlotte se forme à la scénographie à l’école Boulle puis à l’ENSATT où elle écrit un mémoire sur l’idée d’un théâtre vernaculaire.

À sa sortie, elle part en Angleterre travailler sur des scénographies urbaines avec l’ex-collectif d’architectes EXYZT.  À son retour en France en 2016, elle rejoint le groupe d’artistes et de chercheurs GONGLE, qui l’amène vers un théâtre collectif, participatif et fortement territorialisé (Le Terrain des négociations, La cosmologie du cochonnetLe terrain, le joueur et le consultant, Terrain d’entente). Elle rencontre ensuite la compagnie Fictions Collectives, avec qui elle travaille sur Les Déambulies 3 et 4 et Tous les garçons et les filles de mon âge. 

Elle accompagne en scénographie La communauté Inavouable (Ses singularités, Amie d’enfance, l’adaptation d’Un musée de théâtre en Roumanie et en Bosnie) et le collectif de théâtre documentaire LACAVALE (Noires Mines Samir d’Antoine Dheygere puis J’aurais aimé que le monde soit parfait et L’âge de nos pères).

En 2017, avec 16 autres artistes, Charlotte co-fonde le collectif La Grosse Plateforme (Anatomie d’une playlist, La Patrouille).

Résidence au Méta en mars et avril 2023.